Site officiel de la mairie de Frouville
Site officiel de la mairie de Frouville
agrandir le texte diminuer le texte initialiser initialiser
Recherche avancée
Recherche

L'église

Autrefois, Frouville appartenait au diocèse de Beauvais. Le clocher de style roman date de la première moitié du XIIème siècle. La Nef, elle, de la première moitié du XIIIème siècle. Les différentes chapelles datent de la fin du XIIIème et du XIVème. La charpente de la nef est datée du XVème siècle.

L’église de Frouville et ses pierres tombales.

L’église est ainsi décrite par M. Lesort André dans le bulletin de la Commission des Antiquités et des Arts en 1926.

"Ce beau clocher est surmonté d’une flèche de pierre octogonale, accompagnés aux angles de quatre clochetons coniques, également en pierre, le tout d’une facture un peu lourde.
La nef de l’église est composée de quatre travées; les supports qui limitent la première du côté de l’Orient et le dernier côté de l’Occident sont de plan circulaire; la pile intermédiaire est de plan carré, les collatéraux sont éclairés par des fenêtres dont chacune correspond à une travée.

Dans la nef un oculus est ouvert au-dessus du sommet de chacune des grandes arcades. La nef, est couverte d’une charpente en forme de carène renversée, qui repose sur des sablières décorées de gracieuse sculptures de feuillages parmi lesquelles courent des animaux. A une date que nous n’avons pu préciser, l’absidiole sud a été fermée, au niveau du choeur, par un mur et affecté à un usage de sacristie.
La partie inférieure de ses murs fut alors revêtue de boiseries et un parquet recouvrit le dallage. Mais en 1924, Monsieur Monthiers, Maire de Frouville et sa famille, décidèrent en accord avec la municipalité et avec l’autorité écclésiastique, de rétablir cette partie de l’église dans son ancien état et de faire de la sacristie, qui fut transférée dans un petit bâtiment neuf, une chapelle en l’honneur de Saint-Philippe et de Saint-Jacques.

A cet effet, les boiseries et les parquets furent enlevés et découvrirent 3 dalles de pierre qu’il nous a paru utile de décrire ici. Deux d’entre elles, placés côte à côte à l’extrémité occidentale de la chapelle, servaient de dallage. Frappées avec un boulin, elles rendaient un son creux qui faisait présumer l’existence d’un caveau qu’elles auraient recouvert. M. le Maire de Frouville les fit soulever en ma présence avec toutes les précautions possibles, et nous trouvâmes une terres extrêmement meubles, qui fut enlevée sur une profondeur d’environ 80 cm.
Nous découvrîmes ainsi, dans la partie occidentale, les restes de la base d’une voûte qui avait dû couvrir le caveau  et qui devrait être appareillée en forme de berceau assez aplati, autant qu’on puisse juger d’après les très faibles vestiges subsistants. Nous n’avons pas cru devoir poursuivre la fouille, mais il importe de noter que la terre remuée était très fine, peu tassée et qu’elle ne contenait aucune pierre, aucun débris de la voûte du caveau."


 | 
 |